L'euthanasie peut être vue comme un acte utilitariste. Souvent, les gens pensent que si la vie n'offre plus d'occasion d'être heureux, elle ne vaut pas la peine d'être vécue. Peut-on vivre en sachant que notre existence est une suite de douleurs ?

Quelquefois, l'euthanasie peut être une raison d'éliminer les moins "aptes" à vivre. C'est un problème bioéthique. Certains pensent que pour améliorer la race humaine, il devient parfois impératif d'éliminer les individus inaptes, devenus superflus par leurs déficiences et leur bagage héréditaire. Ils risquent, dans leur progéniture, d'entraver le processus de purification de l'espèce humaine en suscitant l'apparition de certains caractères néfastes ou en répandant des maladies héréditaires.

La dernière raison rejoint la première. Pour éviter toute souffrance inutile à un malade, on procède parfois à l'euthanasie pour lui éviter de souffrir plus longtemps. Cependant, on n'y procède que lorsque le malade est obligatoirement voué à la mort.

Dans tout les cas, l'euthanasie pose un important problème moral.